Sans contact

Appelée « communication en champs proche », ou plus connu sous l’abréviation NFC (Near Field Communication), cette technologie permet d’échanger des données de très courtes portées.

Présente au Japon, depuis 2004, cette technologie, baptisé Felica, est maîtrisée par le puissant opérateur NTT DoCoMo et est en passe de devenir un standard dans les mobiles.

Moins puissante que le Wi-Fi et le Bluethooth, le NFC a un débit de 424kb/s et à très courte portée (autour de 10 cm).

Encore peu utilisée, cette technologie, avant tout une évolution en termes d’usages que de révolution technologique, a pourtant gagné les cartes de transports en Ile de France, et a été testée lors des Jeux Olympiques à Pékin au niveau de la billetterie. Même si les opérateurs mobiles et les constructeurs se positionnent comme les acteurs majeurs, d’autres objets comme le lapin Nabaztag utilise le sans contact.

Objet que nous portons très souvent sur nous et qui a connu de nombreuses évolutions dont le Bluetooth, doté d’une carte Sim qui permet la dématérialisation, l’intégration du « sans contact » sur le mobile se développe et fait naître de nouveau usage.

 

L’objectif du téléphone sans contact est de réduire le nombre de cartes qui encombrent et que perdent, assez souvent, les consommateurs : cartes de transport, carte bancaire, carte de fidélité, badge de sécurité … L’accroissement des achats sur Internet et la hausse, grâce à l’iPhone des connexions en internet mobile montrent que le consommateur est prêt à payer en ligne ou à recharger ses titres de transports par exemple. En plus de cette dématérialisation, les utilisateurs pourront accéder à davantage d’informations, s’ils le souhaitent.

Même si des freins sont soulignés comme le vol du mobile, le changement d’opérateurs (si les applications sont hébergées sur la Sim), la fiabilité du mobile (l’autonomie de la batterie) et la sécurité des données,  l’IDATE prévoit que 14% des téléphones vendus en 2012 intègreront la technologie sans contact.

 

Pour donner un coup de pouce, le gouvernement a lancé le 12 février 2010 un appel à projet, d’un montant de dix millions d’euros, sur les services innovants autour du téléphone mobile et du NFC.