Escapade au far west 2.0 : C'est quoi le mobile 2.0 ?

Note moyenne
5
Commentaires

Par Chloé MaGeek
Le 3 octobre 2008 à 16h04

[asset|aid=385|format=inline_image|formatter=imagecache|title=mobile 2.0|width=191|height=162|resizable=true|align=left]On connaît déjà l'expression web 2.0 qui, à force d'être utilisée pour tout et n'importe quoi, finirait presque par ne plus avoir de sens.
Et voilà qu'apparaît le mobile 2.0. Alors c'est quoi ? Une duplication à l'identique, mais sur mobile, du web, ou une nouvelle génération d'applications et de services créés avec les spécificités de l'univers mobile ?

Bon, tout d'abord petit retour en arrière dans le far west du web des années 90. Les années 1990. Si, si !

Le web 2.0 comme pratique sociale remonte à cette époque. Peu s'en souviennent ou le savent, mais au temps du 56 kbit/s, la diligence du web, certains ordinateurs servaient de centres d'échange et étaient organisés par centres d'intérêt. C'étaient les premières communautés, en général universitaires et plutôt élitistes, mais des communautés très web 2.0, participatives, communautaires, telles qu'on les connaît avec l'abondance et la vitesse d'aujourd'hui.

Il y a encore deux ans, la préhistoire du mobile, seuls quelques pionniers visionnaires s'intéressaient au mobile 2.0, "le web 2.0 on the go". Enfin quand je dis ça, je parle de l'Europe ou de l'Occident en général et de la France en particulier. Parce que dès qu'on passe la frontière du Japon ou de la Corée, c'est une autre et beaucoup plus ancienne histoire dont je vous reparlerai sans doute prochainement.
Ici donc, rares étaient les services et applications spécifiquement dédiées au mobile. Et, cercle vicieux aidant, elles étaient rares, peu s'y intéressaient, donc peu les connaissaient et les faisaient connaître. Une histoire de geeks en somme ;-)

En deux ans, bien des choses ont changé et le mobile est devenu pour la plupart des grands noms du web un prolongement de leurs activités "historiques".
Google par exemple, propose maintenant la plupart de ses services populaires sur mobile. Même chose chez Yahoo! Quant à Microsoft, qui ne connaît pas Windows Mobile ? Depuis, Google s'est même lancé dans un service concurrent de Windows mobile avec Android. Voire mon article précédent sur Android.

Les opérateurs mobiles qui, jusqu'à ces dernières années, disposaient de portails web très visités et de portails mobile confidentiels - quand ils en avaient ! ont eux aussi évolué. Ce n'est pas l'Atelier SFR qui me contredira si je dis que le portail Vodafone Live a été un des précurseurs en proposant via SFR Jeunes Talents.fr un des premiers embryons de communauté mobile 2.0. C'était en novembre 2006, il y a un siècle ! :-)

Mais il n'y a pas que les grands qui s'y sont mis. Des petits sont aussi venus proposer des services et des applications. Je suis mal placé pour faire de l'autopromotion pour Crickee dont je suis fondateur, mais c'est un exemple très approprié de première initiative privée de communauté mobile.
Alors que Yahoo ou Wikipedia explosait sur le web, les premières communautés mobiles ont donc commencé à se former, et comme sur le web, en dehors des grands portails historiques.

Aujourd'hui, on ne les compte plus. Un point leur est néanmoins commun. Elles dépendent de la qualité et de la vitesse du réseau. Edge, 3G, 3G+, Wi-Fi ... Wimax. A la différence du web 2.0 conçu autour d'une technologie plutôt uniforme autour de l'Ajax, le mobile 2.0 repose sur une très grande hétérogénéité. On y trouve du J2M, du HTML/HXTML ou du Flash Lite. Même chose pour les systèmes d'exploitation qui sont beaucoup plus variés que sur les ordinateurs. Ce qui ne facilite pas la viralité, mais là encore c'est une autre histoire.

Mais surtout, les spécificités diffèrent avec le web. Ou différaient ... jusqu'à présent, l'écran de mobile était petit, celui de l'ordinateur était grand. Avec l'arrivée des NoteBook, la taille de l'écran de l'ordinateur diminue et, parallèlement, avec l'arrivée de nouveaux terminaux mobiles comme l'iPhone, pour n'en citer qu'un, celle de l'écran de mobile s'élargit. Du coup, web ou web mobile, malgré la persistance dans la différence des usages, on peut désormais prolonger sa pratique sociale 2.0 sur son téléphone, de n'importe où, à n'importe quel moment : bloguer, recevoir des flux RSS, taguer des informations, créer ou utiliser des widgets personalisés et de façon plus générale communiquer, participer, échanger, et tout simplement appartenir à des communautés mobiles.

Certains pays émergents n'ont pour seul accès à Internet que leurs téléphones mobiles. Et c'est sans doute de là que viendra la révolution des usages. Certains vont même jusqu'à imaginer que demain, le web sera essentiellement mobile. On en est loin mais vue la vitesse avec laquelle les pratiques évoluent, qui sait ?

Si vous êtes passionnés de mobile 2.0 le prochain grand rassemblement aura lieu en novembre à San Francisco.
Mais vous pourrez aussi le suivre, y participer et en discuter via votre mobile. Assis dans votre métro du matin. C'est ça le 2.0.

 

c'est génial surtout avec la pub en moins il faudrait que ce soit encore plus simple et entièrement gratuit (connexion)

c'est clair que même si ce n'est pas toujours optimal (taille de l'écran / des touches), l'Internet mobile c'est l'avenir !!! surtout si les systèmes d'écran projectif dont on a déjà pas mal parlé dans l'Atelier se développent...
maintenant, la plupart des applications sont conçues pour l'Internet mobile !! manque plus que la pub, et on s'en porte pas plus mal, autant en profiter !! :P

c'est clair que même si ce n'est pas toujours optimal (taille de l'écran / des touches), l'Internet mobile c'est l'avenir !!! surtout si les systèmes d'écran projectif dont on a déjà pas mal parlé dans l'Atelier se développent...
maintenant, la plupart des applications sont conçues pour l'Internet mobile !! manque plus que la pub, et on s'en porte pas plus mal, autant en profiter !! :P

c'est génial surtout avec la pub en moins il faudrait que ce soit encore plus simple et entièrement gratuit (connexion)